Accueil | Société | Portraits / Rencontres |
Partager par email
Imprimer la page

Partager avec Facebook
Partager avec Twitter

Portraits / Rencontres | Eloi Leclerc, une belle figure chrétienne

eloi-leclerc-par stephane ouzounoff

Mon oncle Eloi Leclerc a rejoint avec sérénité un autre état du monde, celui auquel il croyait depuis sa conversion à François d’Assise. Il avait 95 ans. Né à Landerneau, frère de mon père Edouard, et personnage lumineux d’une fratrie de 13 enfants, il avait fréquenté plusieurs institutions religieuses, notamment le collège franciscain de Fontenay-sous-Bois, et le noviciat d’Amiens.

Il avait pris en 1939, le nom de frère Eloi, délaissant, comme c’est la tradition, son prénom Henri: « quitte tes biens, les biens, et suis-moi« … rapporte l’Evangile. Il suivait ainsi le chemin de ses 6 frères et sœurs rentrés dans les Ordres eux aussi.

Son histoire, comme celle d’un autre de ses frères, Louis, a pris un tour tragique lors de la Seconde Guerre mondiale.

Envoyés en Allemagne dans le cadre du STO, ils retrouvent plusieurs séminaristes qui travaillent à la gare de Cologne. Dans un contexte de répression, et alors que des résistants sont chargés de réacheminer les parachutistes anglais sous les wagons des trains allemands à destination des ports du Nord, une rafle a lieu : les séminaristes sont amenés à la prison de Cologne, où certains sont torturés. C’est là qu’Henri nouera des liens amicaux et intellectuels avec le futur Chancelier allemand Adenauer.

Finalement, Louis est acheminé au camp de Flossenbürg à la frontière de la Tchécoslovaquie. Henri est quant à lui déporté à Buchenwald jusqu’en avril 1945, où il partage le sort des opposants à l’Allemagne nazie. A partir de cette date, il fait partie du convoi qui le destine à Dachau. En fait le train va errer pendant un mois, dans un chaos total où la cohabitation avec la souffrance et la mort confirmera Henri dans ses engagements apostoliques.

Le récit qu’il fit, de cet effroyable voyage vers les camps de la mort constituera un témoignage poignant.

Sauvé de justesse par les troupes américaines, il fut ordonné prêtre quelques années après la Libération et consacra sa vie à la réflexion, à l’écriture et à l’enseignement.

Dans la famille Leclerc, haute en couleurs, Eloi a toujours su mêler les gestes d’affection et une certaine distance. Il a manifesté un soutien important à mes parents, et surtout à mon père, dans des moments très controversés.

C’est lui qui a baptisé mes quatre enfants. C’est surtout durant l’été qu’il nous rendait visite et l’on parlait alors philosophie, histoire, religion, art. Il a notamment écrit un livre magnifique sur le Retable d’Issenheim de Matthias Grünewald.

Mais s’il était fier de son appartenance familiale, et venait prendre systématiquement des nouvelles de la soixantaine de mes petits cousins et neveux, s’il aimait parcourir le chemin des pèlerinages et des enclos paroissiaux en compagnie de Guy Leclerc, une de ses plus jeunes frères, c’est plus encore à sa communauté religieuse qu’il destinait ses marques d’engagement. C’est d’ailleurs auprès de ses coreligionnaires qu’il a passé pratiquement toute sa vie.

Auteur prolixe, il a publié une vingtaine de livres dont beaucoup furent consacrés à Saint-François d’Assise, ou inspirés par lui.

L’ouvrage « Sagesse d’un pauvre » lui apporta une belle notoriété et devint un livre de référence pour de nombreux chrétiens qui revendiquaient son influence. Ainsi d’Emmanuel Faber, DG de Danone, qui s’était lié d’amitié avec lui, ou encore Patrick Hetzel, député du Bas-Rhin, son ancien élève au Collège Saint-Antoine de Phalsbourg.

4 Réponses à “Eloi Leclerc, une belle figure chrétienne”

  1. De Flo
    le 17 mai 2016 à 20 h 20 min #

    Sincères condoléances à vous et à votre famille. Flo

  2. De spam
    le 18 mai 2016 à 11 h 07 min #

    Salut Mel!

    La vie est surprenante et imprévisible. Il y a toujours un espoir de voir une éclaircie dans la pire des situations tant qu’il y a de l’énergie et de l’espoir. C’est peut être cela le secret de la religion: la concentration de l’énergie en évitant la dispertion et la culture de l’espoir en idéalisant des actes et des mots magnifiés par l’art. Paix à son âme; son chemin a été utile! Je le ressents à travers vos écrits. Quoi de plus beau pour un homme d’avoir servi et d’avoir été utile aux autres? Il a réussi sa vie.

  3. De PORTE MARIE-LOUISE
    le 18 mai 2016 à 14 h 32 min #

    La richesse de l’esprit et de la connaissance fait monter l’ame plus vite aux cieux.

  4. De Pennec Gérard
    le 18 mai 2016 à 16 h 50 min #

    Mes sincères condoléances Monsieur Leclerc.

    Mon grand-oncle de Landerneau, prêtre lui aussi, connaissait votre oncle.

    Monsieur, je souhaiterais vous envoyer un mail, à quelle adresse puis-je vous écrire?

    Sincères salutations.
    Gérard PENNEC

    gerard.pennec@hotmail.com